Catégorie : From the flight [D]eck

Streaming from above

25 août 2017
19 août 2017
2 juillet 2017
17 octobre 2016

How i changed type of Aircraft from the inside.

I would call it : « you want it darker ? »

Thanks a lot to my teammates flight instructors :

Eric D (Dub’s)

Gael J

Philippe A

Bernard F

Olivier M

Nicolas B

Jean Marie L

And to my favorite type rating Captains 🙂

François B

François L

Happy landings.

 

A month Ep : 2 : you want it darker ? from [H]umeurs [A]eriennes on Vimeo.

15 octobre 2015

about time from [H]umeurs [A]eriennes on Vimeo.

Je ferme les yeux.

Un sursaut d’isolement.

Du bruit, du vent,

des lumières et du temps.

En l’air,

l’ai je deja dit ?

Dessins éphémères,

destins doux-amers.

Où se déchirent en suspens

l’instant et le béant.

26 septembre 2015
4 août 2015

Drifting between the clouds in the very heart of a shallow moonlight.

A mesure que les vols de nuit s’enchainent, le temps me parait de plus en plus élastique et instable. Une nuit complète glisse le long d’un battement de cil, alors même que la veille je me heurtais à chaque seconde du temps qui passe.

Ce vol débute à Rio. Cette escale si belle, si chargée en émotions et en histoires. Une histoire de navigants aussi. Une histoire triste. Il continue sur le retour de Boston, avec les magnifiques reflets de la lune dans les méandres marins de Terre Neuve.

Et se termine, finalement peu après avoir commencé, dans la lumière crue du soleil Irlandais.

Soleil.

Immuable. Ecrasant.

Ton eclat violent me brûle la rétine endormie,

par une nuit sur l’océan.

Je préfère la lueur dorée de notre Lune. Elle ne reflète que les plus mystérieux de tes rayons étoilés. Elle m’oblige à tendre l’oreille.

Me guide.

Avec douceur,

Au coeur de ce tumulte incessant.

 

 

16 octobre 2014

Difficile de mettre des images sur cette « drôle » de période. Nous avons été assassinés de partout. Guerre des média, du voyeurisme, du buzz, du scoop, des messages opportuns, d’un gouvernement inutile castrateur et impuissant… J’ai entendu des propos ahurissants et mensongers, des personnes aigries de tous bords, jalouses ou simplement idiotes.

Peu de monde a vraiment cherché à comprendre le fond du problème, les rares d’entre eux ont été marginalisés et caricaturés, comme nous.

Alors à tous ceux qui pensent que nous avons défendu nos « privilèges » de « Nanti » pendant 16 -interminables- jours, je souhaite vous dire que je ne vous en veux pas.